Organisées par l’UNEP Finance Initiative, Finance for Tomorrow et Paris Europlace, ces journées étaient l’occasion de faire le point sur les avancées du secteur financier international en particulier en matière de développement durable, dans la foulée des Accords de Paris sur le climat

Les institutions concernées et le secteur financier sont restés très actifs sur ce sujet et les initiatives ne manquent pas. Par exemple, le « Principles for Responsible Banking » lancé le 26 novembre par l’UNEP FI et 28 banques du monde entier pour définir le rôle et les responsabilités du secteur bancaire dans la construction d’un avenir durable. Nous pouvons aussi évoquer la sortie du nouveau rapport de cette même UNEP FI intitulé « Repenser l’impact pour financer les ODD ». Bruno Le Maire, Ministre Français de l’économie et des finances, a également lancé une nouvelle feuille de route pour développer le marché de l’investissement responsable en France.

Le Ministre a déclaré en ouverture des « 3 jours pour la finance durable » : « Je demande aux banques, aux assureurs et aux gestionnaires d’actifs de prendre des engagements en vue de cesser le financement des mines et des centrales à charbon ». Brune Poirson, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la transition écologique et solidaire français, qui était également présente à cet événement, renchérit : « Les gens sont prêts à encourager les énergies renouvelables mais ils ne peuvent pas comprendre que leurs économies servent à financer de nouveaux pipelines d’essence ».

La troisième journée de l’événement était dédiée au développement des pratiques de marché et, après une première table ronde qui mettait en exergue le rôle déterminant des banques centrales et de leurs autorités de supervision au travers du Network of Central Banks and Supervisors for Greening the Financial System (NGFS), c’est Audrey Pulvar qui cherchait à savoir auprès de ses invités si on était dans les clous en matière de flux de financement au regard des Accords de Paris, ce que semblait indiquer le retour à la croissance de ceux-ci :

  page2image3972208

Gilles Schnepp, Président du Conseil d’administration du groupe Legrand, est venu rappeler ensuite lors d’une keynote que les industriels avaient un rôle déterminant à jouer sur ces sujets, notant au passage qu’il était le seul à les représenter durant cette journée…

Mais c’est la table ronde intitulée « PrivateEquity for Green » animée par Dominique Gaillard, président de FranceInvest, qui a attiré notre attention puisque les acteurs de ce secteur sont aux premières loges lorsqu’ils prennent des risques pour booster les innovations et les nouvelles technologies qui contribuent au verdissement de l’économie, les cleantechs. Force est de constater qu’il y a une forte croissance des volumes investis (plus du doublement) depuis cinq ans au niveau mondial, selon le CleanTech Group avec 18,3 milliards de US$ en 2017. Tous les secteurs en profitent, celui de la transition énergétique maintenant son niveau d’engagement. Et on assiste à la montée en puissance du financement de la mobilité durable, avec également une diversification géographique accrue, ce dernier point correspondant bien à ce que les équipes de RGREENINVEST constatent sur le terrain.