Interviewé par l’Agence France Presse, Nicolas Rochon évoque le risque de « phénomène de bulle » dans le secteur de la finance verte, qui connait une croissance économique importante ces dernières années.

Faute de critères uniformisés dans la branche ESG, les investisseurs doivent rester prudents et bien analyser la stratégie des sociétés de gestion au cas par cas : « Il y a un grand écart entre celles qui font le minimum syndical et celles qui ont des politiques beaucoup plus draconiennes », rappelle Nicolas Rochon qui plaide pour un meilleur encadrement des pratiques européennes ou mondiales à travers la mise en place de labels exigeants.

Retrouvez l’intégralité de son point de vue sur Le Figaro