Financer aujourd’hui pour préparer demain

Participer au développement de la transition énergétique en permettant à ceux qui produisent des énergies renouvelables de réussir leur croissance devrait être la devise de tout investisseur qui souhaite participer au financement du secteur. Et pour jouer ce rôle d’accélérateur, il est nécessaire de mettre à la disposition de la filière un large éventail de solutions financières. Les développeurs qui produisent des énergies renouvelables, à partir du solaire, de l’éolien, de la biomasse, de la géothermie, voire de l’hydrogène ont besoin rapidement de solutions de financement adaptées aux différents stades de leur développement.

Nouveau paradigme

Le monde politique, institutionnel, la finance et le grand public ont acté la transition énergétique, l’un des plus grands changements de paradigme de notre histoire. Après le Grenelle, Fukushima ou l’Accord de Paris, nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins : après une période de subventionnement des achats de production d’énergies renouvelables, ayant permis à la filière de se structurer en une dizaine d’années, nous entrons dans une nouvelle ère. C’est désormais au marché de prendre le relais, et les PME concernées vont devoir se structurer financièrement pour supporter des niveaux de croissance ambitieux. Les investisseurs ont ainsi un rôle décisif à jouer, en injectant leur épargne pour les uns et leur capacité d’investissement pour les autres, dans cette économie.

Pour nous, cela implique de nouer à présent des partenariats financiers plus importants avec des entrepreneurs que nous avons souvent déjà aidés dans les premières phases de leur développement. Et au-delà de leur apporter des solutions de financement obligataire et de la dette, nous les accompagnons à plus long terme avec des solutions financières hybrides intégrant des prises de participation. De belles perspectives s’ouvrent, avec certes un peu plus de risques mais avec une rémunération plus attractive. Cette accélération nous invite à intégrer toujours plus de compétences pour comprendre et anticiper les enjeux futurs de cette industrie.

Et ses défis sont de taille. Rappelons ici les 3 objectifs fixés par l’Europe pour 2030 : réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% par rapport aux niveaux de 1990, porter la part des énergies renouvelables à 27% minimum et améliorer l’efficacité énergétique d’au moins 27 %. Ajoutons la vision stratégique à long terme de la Commission européenne pour le climat présentée fin 2018 qui impose de limiter la hausse des températures et de poursuivre les efforts pour la maintenir à 1,5°, comme prévu par l’Accord de Paris.

En Europe et en régions !

Bref, le cadre est fixé, la transition énergétique est en cours. Il s’agit non seulement de basculer vers une production efficiente d’énergies propres et renouvelables mais c’est aussi un changement de modèle de production et de distribution des énergies en général. Ainsi, cette transition se joue au niveau local et dans toute l’Europe, et c’est bien dans les territoires où notre équipe source les projets que doivent s’orienter les capitaux des investisseurs.

Et c’est le bon moment puisque, selon Novethic, l’engouement des investisseurs est sensible : l’Accord de Paris a accéléré les flux vers les fonds verts non cotés européens, environ 10% des fonds non cotés avec 57,6 milliards d’euros d’actifs dont la moitié est consacrée aux énergies renouvelables.